Traumer : prochain phénomène techno de la scène française ?

Au diable les préjugés sur la techno viking des temps modernes, les années 90 c’est fini : back to the future. Exit la violence stridente griffée de Gesaffelstein et coup de projecteur sur les actualités et nouveautés de la scène techno française actuelle. Bien trop souvent réduite à son aspect répétitif et marginalisée à la violence de ses sirènes, la techno est un style musical qui divise depuis de nombreuses années. Certains jeunes producteurs s’affairent néanmoins à redorer le blason et rendre les lettres de noblesse à ce style musical trop souvent négligé en cassant les codes du genre. Leurs productions s’appuient sur un côté plus mélodieux. Romain Poncet fait partie de ses jeunes producteurs talentueux qui, par passion pour la musique et les douces notes, rend à la techno ce qui lui manquait depuis quelque temps : une âme. Plus connu sous le nom de scène « Traumer », ce français signé sur le prestigieux label Skryptöm construit son univers autour duquel gravitent plusieurs inspirations, il en résulte un savant mélange de techno-deep house à l’accent mélodique pour le moins prononcé, saveur musicale assurée.

L’univers visuel finement exécuté du jeune compositeur et producteur semble s’implanter. Clin d’œil aux images de Slow Run sur lesquelles plane assurément une aura artistique et poétique. Il raconte :  « Tout a commencé quand on a eu le premier PC à la maison.  » Mine de rien, il s’impose actuellement sur la scène techno française.

Romain-Poncet-600x400

Romain Poncet est peut-être jeune mais il sait accorder sa confiance aux bonnes personnes et s’entourer comme il se doit. En témoigne le résultat des collaborations avec les différents réalisateurs de ses clips à l’occasion de la sortie de son dernier ep, le reflet d’une excellente maîtrise de son image. On retrouve le duo Julien Soulier & Adrien Landre à la réalisation du clip de Innocent, épique bataille livrée entre deux vieux seigneurs des pistes de bowling dans la quête du saint graal. Pour Slow Run, Romain a fait appel à la talentueuse Elisabeth Vogler, un pari risqué mais réussi avec une introduction qui ferait quasiment office de court-métrage dans le clip. Le travail visuel saccompagne dun énorme travail autour du storytelling. Slow Run témoigne d’ailleurs de cette attention avec comme acteur et personnage principal nul autre que Romain Poncet lui-même, une implication sur tous les fronts qui l’entraîne jusqu’à incarner sa musique à l’écran. Populaire mais jamais vulgaire, les clips ne tombent jamais dans l’excès, un travail d’équilibriste auquel Romain est habitué dans ses productions.

La parution de son dernier album, « Takt », sorti le 2 juin 2014, produit par l’allemand Stephan Bodzin, a déjà rencontré un franc succès dans le milieu de la techno. Cet album compte quelques chevauchées intenses comme le titre Takt – 14 minutes – aux notes jazz bancales et Marion, grand voyage méditatif et synthétique de 25 minutes, à la dramaturgie passionnante. Ou encore Quantum, qui mêle techno progressive et chant du monde.

Ce disque, qui ne sort qu’en digital, compile ainsi des tracks produits sur les trois dernières années. Si l’album manque d’un fil conducteur, on y ressent aussi, et c’est une bonne chose, toute la jeunesse et la fraîcheur de Traumer, ses désirs et son originalité. Une belle entrée en matière donc pour découvrir cet hyper-productif, qui signe aussi une techno plus radicale sous l’alias Roman Poncet – avec plus plusieurs maxis sur le label de Len Faki – et qui fait partie du trio Möd3rn (avec Electric Rescue et Maxime Dangles).

Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestEmail this to someoneShare on LinkedInShare on Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *