Technique de cinéma : les films au retournement final

Vous avez très certainement vu ce nouveau type de films où durant le film entier tout se passe très bien puis à la toute fin, le réalisateur décide de vous surprendre par un retournement final. Cette fin peut être une surprise qui interloque le spectateur en donnant au film une toute autre dimension mais bien souvent elle peut être incompréhensible au spectateur et peut ainsi le frustrer.

allocine.fr

 Le film « L’incident »

Ce fut le cas pour le film « L’incident » que j’ai vu récemment. Un film du genre thriller/épouvante-horreur produit en 2011. Sincèrement, si vous ne l’avez pas vu, je ne vous le conseille pas bien que durant une bonne partie du film le suspense et la peur m’ont envahie. Pour indication et surtout pour les plus jeunes, c’est un film interdit aux moins de 16 ans. Vous imaginez bien la présence dans le film de scènes violentes de tortures gratuites. Malgré ces scènes pour lesquelles je me répétais inlassablement « Pourquoi je regarde ça moi ? », le suspense est de la partie et l’intrigue est bien ficelée. L’histoire se passe dans un asile psychiatrique, une idée très originale selon moi, où trois cuisiniers s’y retrouvent coincés après une coupure de courant. Les malades de l’asile se trouvent en liberté et les gardes ainsi que les cuisiniers se retrouvent impuissants, sans aucune aide visible.

L’un des cuisiniers (héros de l’intrigue) voit en début de film plusieurs malades cracher leurs médicaments et durant la totalité du film il est persuadé qu’un détenu du nom d’Harry est responsable de cette coupure de courant. Un bon film, sincèrement, où le spectateur arrive à se mettre dans la peau des cuisiniers et stresse en se cramponnant à sa couverture. Mais là, le réalisateur décide de « bousiller » la fin, le terme convient parfaitement à mon goût. On ne comprend plus rien, on se rend compte que telle personne (principale dans l’intrigue) qu’on voyait jusqu’à la fin du film s’avère être morte au tout début. Plus rien n’a de sens, le spectateur se retrouve donc obligé d’aller chercher la signification dans des forums dont la plupart ne donne pas de signification précise, voire aucune qui convint comme ce fut le cas pour ce film.

allocine.fr

Quand cette technique rime avec « fin réussie »

Cette technique peut être très bien réussie. Comme ce fut le cas pour les films Les Autres, Sixième Sens, ou encore L’orphelinat avec une fin qui surprend le spectateur et qui lui fait comprendre l’intrigue sous un autre angle. Dans ces films-ci, on remercie les réalisateurs qui ont su ficeler une belle intrigue et changer l’histoire tout en ne perdant pas son spectateur. Pour d’autres films comme Inception ou Take Shelter qui laissent le choix aux spectateurs d’interpréter comme bon lui semble, on dira simplement que tout dépend des goûts de chacun et chacune.

 

Technique de cinéma : les méthodes utilisées

Cette nouvelle technique de cinéma est recherchée par les réalisateurs car elle oblige les spectateurs à parler entre eux du film pour comprendre l’intrigue mais aussi pour discuter des différentes interprétations de chacun, ce qui nourrit les forums et donc la popularité du film. Elle consiste à donner quelques indices aux spectateurs, souvent banals, de façon à ce que le spectateur ne puisse pas deviner la réalité de l’intrigue et qu’il se rende compte finalement que tel élément banal prend toute son importance dans le film. Pour l’Orphelinat, par exemple, c’est simplement des piliers qui sont jetés par la mère dans l’armoire ou encore des bruits que la mère entend la nuit et que le lecteur prend pour un élément fantastique (pensant que le film est du genre épouvante-thriller). De même, pour « L’incident » évoqué en première partie d’article, l’élément banal consiste en des doigts retournés d’une personne, inconnue jusqu’alors, que le spectateur voit durant plusieurs scènes du film. L’identité de la personne est alors révélée à la fin du film, ce qui soulève des interrogations et plonge le film dans le genre fantastique (est-ce un rêve ? est-ce la démence du personnage principal ?) alors qu’il était jusqu’à présent dans la catégorie réaliste.

Certains spectateurs aiment quand cette fin est incompréhensible ou indéterminée et même s’ils ne trouvent pas d’explications plausibles, ils disent apprécier ce retournement final car elle leur permet de revoir de nouveau le film et donc essayer de trouver de nouveaux sens possibles. Un choix que les réalisateurs approuvent car les spectateurs revoient leur film, le connaissent mieux et discutent d’autant plus dans les forums ou entre amis.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestEmail this to someoneShare on LinkedInShare on Google+