Archives par mot-clé : humour

La lol politique, c'est sur tumblr !

La politique n’est plus quelque chose de sérieux. La faute aux politiques eux-mêmes qui se comportent comme des bouffons. Un nom : Jean-François Copé. Bitch, please ! Comment garder son sérieux ? Mieux vaut en rire qu’en pleurer, n’est-ce pas ? La politique est donc très LOL en ce moment. Les internautes s’en donnent à cœur joie pour détourner des images. On se souvient des détournements de l’affiche de campagne de Nicolas, « la France Forte » ou du mème FNUMP de Claude Guéant. Le jeu continue sur des blogs souvent hébergés sur la plateforme tumblr. En voici une petite sélection.

L’actualité politique parodiée au jour le jour

Voici quatre exemples de tumblrs encore en activité qui commentent et détournent l’actualité politique… C’est vrai, le tumblr sur Jacques Chirac ne fait pas dans l’actualité mais il mérite d’être cité.

Fuck Yeah François Hollande : ou comment suivre le quinquennat de François Hollande. Le tumblr normal ?

 

Tumblr : Fuck Yeah François Hollande.

Lolitic : « la politique au service du lol », soit des détournements photographiques des personnalités politique de tous les partis : Martine Aubry, Jean-François Copé, NKM, Jean-Luc Mélenchon ou Bernard Kouchner (mais si… Kouchner… le porteur de sac de riz, souvenez-vous !). Spécificité : le détournement de personnalités étrangères comme Hillary Clinton ou Angela Merkel. C’est l’internationale…

Mème politique : des détournements de photos de Jean-François Copé dans la piscine de Takieddine, des tribulations sexuelles de Dominique Strauss-Khan, des jeunesses sarkozystes, des yeux rouges de Nicolas Dupont-Aignan, le côté hipster de Philippe Poutou et même les rébus grossiers de Mathieu Kassovitz sur Twitter. Un humour fin qui tâche comme du Bourgogne.

 

Tumblr : mème politique.

Fuck Yeah Jacques Chirac : une collection de photos cool ou insolites de Jacques Chirac, l’homme qui volait aux contribuables pour s’enrichir et boire des Coronas en matant des chefs-d’œuvre comme « Rock » de Michael Bay ou « Piège en haute mer » avec Steven Seagal et la « Baywatch » (et non biatch) Erika Eleniak. Bref, du gros pimping comme on l’aime.

Les tumblrs : archives du temps passé

D’autres tumblrs ont marqué la toile lors de la campagne électorale mais ne sont plus mis à jour. Ce sont maintenant des témoins d’événements précis : ici, le discours de Nicolas Sarkozy le 1er mai, le soir du débat télévisé entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, et enfin, le 6 mai, soir de désarroi pour les militantes UMP trop jeunes pour voter mais en âge de pleurer.

 

Tumblr : le débat.

Trollcadero : des parodies du discours de Nicolas Sarkozy, prononcé le 1er mai au Trocadero devant une foule en délire de 200.000 personnes. Un tumblr qui n’a pas été créé par un militant UMP, c’est sûr ! LOL ^_^

Le débat : une parodie du débat au sommet entre Nicolas Sarkozy et François, animé par Laurence Ferrari (l’ex trop belle de Nico !) et David Pujadas (3 cm plus petit que Nico !). Du gros n’importe quoi (WTF) qui fait parfois cracher du coca-cola sur l’écran de son ordinateur du boulot !

Larmes de crocodiles de droite : un même reprenant une militante UMP en pleurs dont l’amie fielleuse traitait François Hollande d' »enculé », le tout devant les caméras de France Télévision. La grande classe ! Une séquence vidéo qui a vite fait le buzz, forçant la jeune fille en question (la vulgaire, pas la pleureuse) à fermer son compte Twitter. Depuis, ses parents l’ont mise en pension en Suisse. Une punition trop swag !

 

Tumblr : les larmes de crocodiles.

Rencontre avec Lucas Adams, jeune auteur américain de BD

Lucas Adams, 25 ans, a grandi en Californie près de San Francisco. Installé depuis deux ans à New-York, il nous parle de son travail de dessinateur de bande dessinée et évoque l’humour ravageur inscrit dans chacune de ses planches.

Que fais-tu ces jours-ci ?

J’ai plusieurs jobs en ce moment. Je suis à la fois assistant éditeur pour « The Rumpus », critique littéraire pour « Kirkus Review » et je travaille aussi dans un camion qui vend des homards !

Et quand trouves-tu le temps de dessiner ?

Je me suis rendu compte que lorsque j’ai beaucoup de travail, cela me force à être plus productif et à dessiner davantage. Donc je travaille quatre ou cinq jours par semaine et le reste du temps je dessine. C’est avant tout une question de balance !

Parle-nous de ton univers, tes influences ?

Je pense que beaucoup de bande dessinée sont en lien avec l’absurdité, aussi bien au niveau de l’image que du texte. Quand j’étais très jeune, je vivais à Oakland en Californie. En 1991, Il y a eu un terrible incendie, le plus gros aux Etats Unis depuis celui de Chicago dans les années 1800. Ma maison a été épargnée mais j’ai fait des cauchemars pendant de longs mois après cela. Mon mécanisme de défense premier a alors été de dessiner des maisons comme si j’essayais de recréer les quartiers détruits. Je crois que l’idée de regarder des choses impressionnantes et d’y faire face transparait dans mes histoires.

En termes d’influences, Hergé, l’auteur de Tintin et Charles Schultz, le créateur de Peanuts sont probablement les deux plus importants. Je suis tombé amoureux du style d’Hergé très jeune, et Schultz m’a offert Snoopy qui était mon personnage préféré étant enfant. Ce n’est pas une idée qui m’est venue très tôt mais ce que j’aime chez Snoopy, c’est qu’il est le seul à trouver une issue face à la tristesse qui l’entoure. Charlie Brown et tous les autres personnages humains dans Peanuts sont constamment déçus ou malheureux mais Snoopy, lui, trouve toujours une solution, qu’il prétende être un pilote virtuose de la Première Guerre Mondiale ou qu’il agisse comme s’il était Joe Cool ! Ainsi à travers son étrangeté il se protège.

Que peux-tu nous dire sur ton humour ?

Je pense que j’ai un humour qui a trait à la déception dissimulée et à l’absurde. Pour moi, il s’agit toujours de trouver des solutions pour affronter le monde. Je ne l’entends pas au sens commun où chaque jour est une victoire sur le jour suivant; mais j’aime penser que l’humour présent dans mes BD comme dans ma vie est un instrument pour faire face et évoluer dans la vie.

Tes BD possèdent souvent une trame historique ? Pourquoi ?

Je suis toujours totalement intrigué par les histoires des autres. J’ai grandi avec un père qui est un formidable conteur et cela s’est traduit par la suite par une obsession pour l’Histoire. Au collège j’étais fasciné par la guerre civile américaine, et je reste aujourd’hui intrigué par d’obscurs détails historiques qu’il s’agisse de Richard Nixon ou Aaron Burr.

Parle-nous d’un personnage que tu as créé et que tu affectionnes particulièrement ?

« Mister Sweetie » est l’un de mes préférés. Il s’agit d’un incroyable chien hideux qui a toujours le dernier mot comique. J’adore dessiner des choses laides à cause de l’obsession du monde pour la beauté photoshop. « Mister Sweetie » est comme une réponse à cette tendance.

Où peut-on trouver tes BD ?

Je publie sur mon site Internet depuis 2009 www.cheeseburgersinthesky.com. Je publie également chaque semaine une série intitulée « the bins » sur Rampus, un site littéraire de San Francisco dirigé par l’auteur Stephen Elliot.

Propos traduits de l’anglais.