Archives par mot-clé : google glasses

Google Glass : un jouet pour geek.

Dans l’antre secret de Google, le Google X Lab, des dizaines de projets sont étudiés par des chercheurs. Parmi ces projets, les Google Glasses, autrement dit une sorte de paire de lunettes à réalité augmentée. Si vous les chaussez, une infinité de possibilités s’offrent à vous. Enfin c’est ce que nous promettait Google dans une vidéo publiée en avril 2012 sur la chaîne Youtube de Google. En voici un pastiche adapté à Monsieur/Madame Dupont (ou Dupond, au choix), jeune parisien-ne.

Photo d'une femme portant les Google Glasses
http://www.google.com/glass/start/how-to-get-one/

Imaginez : Vous vous réveillez un samedi matin comme les autres et enfilez votre paire de Google Glasses (à 1500$…). Aussitôt s’affichent devant vos yeux ébahis la météo de la journée : 28°C (on imagine que Google nous laissera utiliser cette unité locale) et grand soleil ! La journée commence bien. Votre Google agenda vous notifie que ce soir, à 20h, vous dinez avec Camille, objet de votre attention.

Pour vous occuper, et vous cultiver un peu, vous vous rendez dans ce célèbre magasin à Saint-Lazare qui vend des livres, CD, DVD ainsi que du matériel high-tech. Mais d’habitude, vous fréquentez plutôt la boutique aux Halles et n’avez aucune idée de l’endroit où trouver les livres (si tant est que cet objet vétuste existe encore…). Peu importe ! Vous pouvez vous adresser à vos lunettes et leur demander « où se trouve le rayon livres ? ». Immédiatement, un plan du magasin contenant les différentes aires s’affiche et une flèche serpentant entre les promontoires vous indique la route à suivre pour trouver les bouquins. C’est alors qu’un message de Dominique, votre BFF[1] vous propose d’aller faire un peu d’escalade dans l’après-midi. Vous choisissez de lui répondre et dictez votre message à vos lunettes qui envoient le tout à Dominique. Voilà, vous avez rendez-vous dans le sud de Paris pour une session de grimpe !

En approchant du métro, une nouvelle notification apparaît : la ligne 14 est en panne ! Impossible donc d’emprunter cette ligne pour rejoindre Châtelet. Tant pis, en deux temps trois mouvements (enfin… pas de mouvement) vous avez demandé à vos lunettes une navigation GPS pour rejoindre le RER B (car, oui, vous aimez marcher !). Sur le chemin, une affiche pour un concert qui vous intéresse à Bercy. Hop, vous pouvez demander à vos lunettes de vous rappeler, plus tard dans la journée, d’acheter des tickets. Plus loin, vous passez devant du street art particulièrement réussi ? En un mot, dites à vos lunettes d’en faire une photo et c’est dans la poche. Dans la foulée, profitez-en pour la partager avec vos cercles sur Google+ !

Vous voilà arrivé à Châtelet.

Après un long trajet en RER, vous avez envie d’une glace mais ne savez pas si vous aurez le temps d’aller en acheter une avant que Dominique arrive. Qu’à cela ne tienne, c’est une information de plus que vos lunettes peuvent vous communiquer ! Il suffit de demander et devant vous apparaît le message « Dominique partage sa position ». Sans vous la communiquer, vos lunettes vous annoncent : « Dominique est à 450m ». Alors tant pis, pas de glace. Vous retrouvez votre ami-e et vous apprêtez à attaquer les faces. Mais avant, bien sûr, vous prenez une petite seconde pour partager votre position en ajoutant « Viaduc des Fauvettes ».

Quelques heures plus tard, fatigué, vous réalisez que si vous voulez prendre une douche avant de rejoindre votre béguin Camille, ce qui serait plus charitable, vous allez être en retard, il faut le/la prévenir. Alors, dans un élan romantique, vous regrimpez une dernière fois cette voie et, arrivé-e en haut, demandez à vos lunettes de lui passer un coup de fil. Au téléphone vous lui proposez une surprise et c’est alors que vous partagez en direct ce que vous voyez : une vallée de verdure surmontée d’un coucher de soleil… « C’est magnifique ! » répond votre flirt. Je pense que c’est gagné pour vous ! (fondu de blanc, n’oubliez pas, c’est une vidéo publicitaire !).

Photo de ce que l'on verrait depuis les Google Glasses
http://www.nivenandjoshua.com/magazine/google-project-glass/

Alors ? Si ça ne donne pas envie, ça ? Vous pouvez consulter la vidéo originelle ici. Mais soyons sérieux, est-ce vraiment réaliste ?

Eh bien, plutôt oui ! Les écueils qui me sautent aux yeux sont les suivants :

  • Parler à ses lunettes. Cela semble encore compliqué quand on voit l’efficacité de la reconnaissance vocale actuelle. Néanmoins les vidéos parues récemment (j’y reviendrai plus loin) semblent très prometteuses ! Donc ma crainte de ce côté-ci est pour le moment apaisée. Il reste l’inconvénient que les lunettes sont pour le moment anglophones exclusivement… Pour les franco-français de la glotte, il va falloir attendre ou s’entraîner !
  • Le plan dans le magasin pour vous guider vers le produit que vous cherchez… Si la mise en place de ce système reste probablement simple, cela nécessite que les magasins fournissent leur plan interne à Google ce qui n’est pas dit. Bien sûr si vous habitez aux Etats-Unis à Washington ou même en France à Paris ou Toulouse, cela ne devrait pas poser trop de problèmes, mais si vous vivez en Hongrie ou au Tadjikistan ou simplement à Lannion en Bretagne, pas sûr que l’application soit bien fournie. Pour ce détail, j’imagine qu’on ne peut qu’attendre de voir.
  • Enfin, le partage d’informations (localisation de la personne qu’on va rejoindre, partage de la vidéo en live) nécessite que plusieurs utilisateurs possèdent aussi des Google Glasses or cela me semble peu compatible avec un produit à 1500$… Autour de moi, on prévoit une baisse rapide des prix, précisément dans le but de toucher un plus grand public. Néanmoins, les lunettes ne seront probablement pas pour les petits portefeuilles car même en abaissant le prix de vente à 700€ (prix d’un iPhone, ce qu’énormément de gens possèdent) les moins riches ne pourront pas se le permettre… Il semblerait quand même que ce prix annoncé ne soit que le prix des Google Glasses Explorer, c’est-à-dire la première version disponible. Le galop d’essai en quelque sorte. Les estimations prévoient le prix du vrai produit entre 600 et 1000€ (une sacrée fourchette !).

Depuis, Google a lancé une campagne d’essai, permettant à des  volontaires de s’inscrire pour tester les Google Glasses (inscriptions aujourd’hui fermées, ne cherchez pas à vous y inscrire !) et on peut voir fleurir, outre les nouvelles vidéos officielles de Google, les vidéos faites par les utilisateurs. Qu’est-ce qui a changé ? Et qu’est-ce que ça donne finalement ?

Les lunettes sont assez futuristes. Bonne nouvelle : la monture sans verre pèse 36g, soit moins lourd qu’une paire de lunettes standard !

Photo des différents coloris existants
http://www.google.com/glass/start/what-it-does/

Pour éviter les confusions, une phrase de déclenchement « OK Glass » indique à la paire de lunettes que vous vous adressez à elle. Il faut donc enchaîner cette séquence avec l’instruction. Par exemple « OK Glass. Take a picture » « (Ok Glass, prends une photo ». Comme je le disais plus haut, on ne peut pour le moment parler qu’en anglais).

Pour envoyer un message ou demander quelque chose, on le dicte aux lunettes et je reviens là sur ce que je disais à propos de la reconnaissance vocale. La vidéo de présentation nous montre une ballerine descendant les escaliers en tutu, prête à entrer en scène et la personne qui la suit – probablement une autre ballerine – qui dit (plus qu’elle ne « dicte ») la phrase « This is it, we’re on in two minutes ! » (c’est-à-dire, en substance « ça y est, ça commence dans deux minutes ! ») ce que ses Google Glasses écrivent sur le petit écran en haut à droit du champ de vision en simultané. Et non seulement, les lunettes ne font pas d’erreur mais en plus, le logiciel de reconnaissance vocale parvient à décomposer la contraction « we’re », signifiant « nous sommes » en « we are » qui en est la forme conventionnelle. Pour moi qui n’ai jamais pu tester de reconnaissance vocale payante (les seules vraiment efficaces à ce jour) c’est bluffant ! Les requêtes Google (« cherche-moi des photos de tête de tigre » demande un sculpteur sur glace) ou directement au téléphone (« mets-moi en liaison avec le club de vol » ordonne un pilote pour partager ce qu’il voit) semblent marcher parfaitement bien.

Evidemment ne soyons pas trop naïfs, je parle là de la vidéo commerciale de Google, il y a peut-être des tas de ratés mais ils ne sont pas assez bêtes pour nous les montrer.

J’ai donc cherché des vidéos moins… corporate. Et c’est ainsi que je trouve une vidéo dans laquelle les lunettes sont posées devant la caméra, pas de montage, pas d’incrustation de l’écran, cette fois, on voit exactement ce qu’un utilisateur verrait. Et la reconnaissance vocale est toujours aussi efficace ! Lorsque Rob Jackson, volontaire pour l’essai et auteur de la vidéo, demande des instructions pour se rendre à « Oriole Park at Camden Yards », les lunettes font certes une erreur et on voit apparaître à l’écran « Oreo Park at Camden Yards » mais Google Maps corrige seul et les bonnes instructions s’affichent. Quelques instant plus tard, lors de l’envoi d’un message, encore une fois, celui-ci s’affiche sans problème et les lunettes décomposent à nouveau une contraction grammaticale : non seulement elles comprennent bien ce qui leur est dicté, mais en plus elles sont capable de le restituer en « bon anglais » ! Ceci paraîtra peut-être ordinaire pour qui paie une licence sur un logiciel de reconnaissance vocale, mais pour quiconque a essayé de donner des instructions à son android pour avoir un itinéraire ou essayé de téléphoner à quelqu’un en passant par une interface vocale de type Siri, bref, un logiciel gratuit – c’est mon cas et j’ai passé du temps à galérer ! on a là une sacrée amélioration !

Une fois le message dicté, les lunettes laissent l’opportunité à l’utilisateur d’annuler l’envoi en utilisant la partie tactile des lunettes, à savoir le coté de la branche droite qui, selon les différentes sources (officielles provenant de Google, journalistes, volontaires) est très pratique. Cette zone tactile permet d’allumer les lunettes, de changer d’application, de faire défiler des photos, etc.

Le message envoyé, on entend très bien (grâce à un petit haut-parleur situé dans la branche droite des lunettes et la conduction à travers les os du crâne) une notification d’envoi. C’est grâce à ce même système que l’on peut téléphoner.

Car oui ! Les Google Glasses, communiquant par bluetooth avec votre smartphone, permettent aussi d’accéder aux contacts de ce dernier et de leur téléphoner. Si vos contacts n’ont pas de lunettes, vous verrez apparaître leur photo de contact, si la personne que vous appelez est, elle aussi, dotée de cette nouvelle technologie, alors vous avez la possibilité de partager en live le flux vidéo enregistré par la caméra intégrée (rappelez-vous le soleil couchant avec votre chéri-e).

On apprend aussi que la paire de lunettes sera dotée d’un objectif-appareil photo de 5 mega pixels et qui fait des films haute définition (720p). Une application vous permettra de prendre des photos sur un simple clignement d’œil (je vous épargne le jeu « en un clin d’œil »). L’application ferait même la différence entre un clignement inconscient et un clignement volontaire (plus lent) afin de ne pas prendre 25 000 photos dans la journée.

En ce qui concerne le look de ce gadget technologique, il est plébiscité par certains, critiqué par d’autres, mais Google a promis du changement et la possibilité de « clipser » différentes couleurs. En fait Google promet encore beaucoup d’améliorations et ces quelques fonctionnalités ne devraient être à terme qu’un petit bout de l’iceberg (qui comprendra notamment la reconnaissance faciale des personnes que vous croisez grâce à leur compte Google+ certainement). Et Google répond enfin à la question qui nous taraudait, tous, myope, astigmates et j’en passe : oui ! Les Google Glasses seront compatibles avec des lunettes de vue (en même temps avec la quantité de geek myopes comme des taupes qu’ils doivent avoir chez Google, ç’aurait été moche qu’ils n’y pensent pas…).

La distribution de ces lunettes est prévue pour 2014 ou, pour les plus pressés, en version « bêta » en 2013…

Un aperçu :

Photo du contenu de la boîte Google Glasses
http://www.generation-gpu.fr/actualite-Les-Google-Glass-deja-livrees-aux-premiers-acheteurs.,ac16858.htm

                Alors quid des Google Glasses ?

Beaucoup de vidéos parodiques et de critiques nous alertent déjà sur les déviances : l’air perdu de l’utilisateur quand il regarde son écran ne facilite pas le contact humain, l’utilisation des lunettes pour obtenir des informations sur votre interlocuteur/interlocutrice et se jouer de lui (lien vidéo), décrochage intempestif du téléphone dans une situation délicate (vous êtes sous la douche ou aux toilettes… Les lunettes vont bien sous la douche, oui) et Google se voit déjà interdire son produit au sein des casinos américains, des cinémas, de certains bars et lors de la conduite. Par ailleurs, l’industrie pornographique a, elle aussi, déjà compris l’intérêt du produit mais pour la première fois (et contrairement à la plateforme Google Play, le marché d’applications pour les smartphones Android) Google a décidé d’interdire les contenus pornographiques sur ses lunettes.

Certes, ces lunettes ressemblent fort à un deuxième smartphone hors de prix, certes, peut-être ressemblerons-nous à des robots, les yeux dans le vague au lieu de communiquer en chair et en os, certes, l’espèce humaine aura tôt fait d’utiliser la technologie à toutes sortes de fins et certes, les Google Glasses tiendront un peu du jouet pour geek. Mais diable ! J’en veux une paire !

Et vous ?

Charlotte Faure


[1] BFF : Best Friend Forever. Vocabulaire des ados américains signifiant « meilleur-e ami-e pour toujours ».