Archives par mot-clé : fumeur

Le Timor-Oriental : Paradis des fumeurs

Le Timor-Oriental a le des taux de tabagisme le plus élevé au monde, où près des deux tiers de ses hommes fumant quotidiennement (31 % pour les femmes). Mais pourquoi l’un des pays les plus pauvres d’Asie du Sud-Est est-il à ce point accro à la nicotine ?

Le tabac fait partie de la fibre du Timor oriental. Dans les couloirs sombres des étals du marché, on retrouve en vente libre des tomates, pommes de terre, les courges et les haricots et du tabac à priser (tabac en poudre que l’on inhale).

Les scientifiques qui défendent les cigarettes électroniques

La plupart des cigarettes coûtent moins de 1 $ US par paquet. Empilés sous de grands parasols aux couleurs des grandes marques existantes dans le pays, les paquets portent des avertissements, mais cela n’a pas de sens pour de nombreux fumeurs, car environ la moitié de la population est analphabète. Dans la capitale, Dili, le cow-boy emblématique de Marlboro monte toujours à cheval sur les panneaux publicitaires, même si dans la plupart des pays, cette annonce a été interdite ou au moins limitée. Mais pas ici.
Selon les chiffres du Journal de l’American Medical Association, 33% de la population du Timor Oriental fume tous les jours. Pour les hommes, le chiffre s’élève à 61%, le plus élevé au monde. «De plus en plus de jeunes qui fument chaque année, en particulier les enfants et les adolescents», a déclaré le Dr Jorge Luna, le représentant local de l’Organisation mondiale de la Santé. « C’est un problème très grave ».

Cigarette-Une
Dailygeekshow.com

Les jeunes consommateurs

Près de la moitié de la population a moins de 15 ans et une demande croissante est en vogue, notamment chez les jeunes, concernant les cigarettes dites occidentales, souvent vendus séparément et situés en dehors des rues, dans des étals spécifiques. Un cigare est de 10 cents, si vous en achetez deux cela revient à 20 cents, mais si vous en commandez quatre alors le prix est de 25 cents. Les agriculteurs locaux qui cultivent le tabac à priser pour les locaux le coût de production de ce tabac local est encore moins cher que les marques qui sont souvent importés d’Indonésie.
Dans les écoles de ce pays, il n’y a presque pas de l’éducation de la santé en ce qui concerne la cigarette. «J’ai vu des enseignants qui fument dans la salle de classe comme ils écrivent sur la carte», dit Luc Sabot, directeur de l’Adventist Development and Relief Agency au Timor oriental. « Tout au long du système d’éducation, il n’existe pas de réglementation sur l’utilisation du tabac à priser dans les écoles », ajoute-il.

Liberté de Fumer

Au Timor oriental, vous pouvez fumer n’importe où. L’air dans les bars, restaurants, hôtels, cafés ou salle de réception ; et même dans les avions (même si ce sera interdit prochainement). Il n’y a qu’une seule exception: un nouveau centre commercial ouvert en 2013 interdit le tabac et le tabagisme passif.
Même le premier ministre est un gros fumeur. Xanana Gusmao a été l’un des dirigeants de la guérilla qui ont combattu les Indonésiens après l’annexion du Timor oriental en 1975 et avant l’indépendance du pays en 2002. Il a été capturé et condamné à la prison à vie par les colons indonésiens avant d’être laissé en liberté avant l’indépendance.
Il avoue être un toxicomane, car trois fois il a essayé d’arrêter sans succès. Il admet également que ce n’est pas un bon exemple à suivre.
« La loi interdisant ceci ou cela, ne serait pas aussi efficace. L’éducation est nécessaire et prendra du temps, mais je pense que plus les gens sont conscients des maladies qu’il peut causer, mieux ils seront préparés à le laisser seul ».

Les femmes

Mais l’épouse du Premier ministre australien, Kirsty épée Gusmao, est une activiste contre le cancer et est entièrement dévouée à la tâche. Elle a eu un cancer du sein et reste très préoccupée par le nombre croissant de jeunes fumeurs.
«Les entreprises de tabac en Indonésie et partout ailleurs se concentrent sur les jeunes qui sont très conscients de l’image et du facteur cool que produit le fait de fumer», dit-elle. Elle prévient que certains jeunes ont moins de 10 et 11 ans.
Toutefois, les compagnies de tabac nient avec véhémence leurs annonces visant les enfants. Les hôpitaux au Timor-Oriental sont toujours remplis de patients souffrant de maladies liées directement ou indirectement au tabac, mais aussi que les « jeunes ne sont pas encore assez vieux pour fumer ».
Pour l’instant, le grand tueur est la tuberculose. Mais le Dr Dan Murphy, un Canadien qui a passé 20 ans en cours d’exécution dans un hôpital local et une clinique à Dili, est inquiet pour l’avenir. Environ 80% des fumeurs vivent dans des pays en développement et « les jeunes apprennent que ce qu’ils sont censés faire pour être le plus proche des occidentaux est de fumer», dit Murphy.
« Maintenant, nous devons changer cette mentalité et commencer à s’inquiéter de l’avenir. « Je crains que nous allons passer par une phase d’apprentissage de la dure leçon qui a été vu dans de nombreux pays pauvres ». Murphy n’est pas convaincu de la gravité du gouvernement pour résoudre le problème. Il indique que beaucoup de pressions sont exercées par les lobbyistes du tabac.
«Ils peuvent faire paraître comme si fumer est un plaisir, quelque chose qui ajoute quelque chose à votre vie qui lui donne sens. L’un est contre une machine de propagande. Et c’est une dure bataille ».

En définitive, le paradis du fumeur pourrait devenir d’ici vingt ans le paradis du cancer.

Image d’entête : Scott Woodward