Archives par mot-clé : cerveau transparent

Les avancées scientifiques du moment qui font froid dans le dos

lexpress.fr

Où la science peut-elle nous conduire ? L’homme devrait-il continuer les recherches en génétique modifiée ? La science a eu parfois des conséquences marquantes pour l’Humanité… Mais où en est-on aujourd’hui ? Vous avez très certainement vu sur vos écrans télévisés ces moutons phosphorescents, nés récemment en Uruguay. Eh bien, à cette occasion, faisons un petit tour d’horizon de certaines avancées scientifiques du moment.

Des chercheurs réussissent à rendre le cerveau transparent

Des chercheurs américains de l’Université de Stanford sont parvenus à mettre au point un système, appelé Clarity, permettant de rendre un cerveau de souris totalement transparent, de manière à visualiser plus nettement ce qui s’y passe.

Ils ont ainsi réussi à étudier en 3D et sans avoir recours à la dissection l’intégralité des neurones et des structures moléculaires d’une souris morte.

Selon futura-sciences.com, cette récente étude, publiée dans la revue Nature, « pourrait permettre d’avancer dans la compréhension du fonctionnement cérébral ».

Selon maxisciences.com, elle a également été réalisée avec succès sur un cerveau humain, lequel avait été conservé depuis plus de 6 ans et serait en outre applicable à d’autres organes.

Une découverte impressionnante qui semble faire avancer la science, et pour laquelle, au premier abord, nous ne distinguons pas les conséquences néfastes. Espérons que nous puissions connaître la suite des évènements ainsi que les progrès scientifiques et humains que cela engendrera.

Des animaux génétiquement modifiés naissent fluorescents

Des scientifiques uruguayens ont réussi récemment à donner naissance à des moutons génétiquement modifiées phosphorescents, nés en octobre 2012. L’Institut de reproduction animale d’Uruguay et l’Institut Pasteur de Montevideo se sont félicités de cette création.

En 2011, les Argentins avaient déjà réussi à créer une vache transgénique, produisant des protéines humaines dans son lait. Le Brésil, de son côté, avait fait la même chose mais à partir de chèvres génétiquement modifiées.  De leur côté, le Japon et la Corée du Sud avaient créé un chat et chien phosphorescents.

Ces moutons se sont développés sans présenter de différences avec les moutons qui n’ont pas connu de modifications. La seule différence étant qu’ils deviennent phosphorescents au contact d’une lumière ultra-violette. Cette découverte a été rendue possible en introduisant dans leur ADN le gène d’une méduse…

Alejo Menchaca, président de l'Institut, a admis que l’opération n’avait aucun intérêt en soi, permettant seulement de s’assurer de l’efficacité de la méthode consistant à introduire un gène étranger dans l’ADN d’autres animaux.

Le président a également indiqué que « c'est une technique très efficace, car tous ceux qui sont nés sont positifs. Maintenant, nous pouvons travailler avec un autre gène, qui sera d'un plus grand intérêt, pour produire une protéine spécifique ». Cette nouvelle recherche a pour objectif de soigner certaines pathologies humaines comme le diabète, ceci  « en introduisant des gènes responsables de la production d'une protéine manquante (l’insuline en l’occurrence) dans le génome d'une brebis, qui à sa naissance la produira dans son lait ».  Puis, selon les chercheurs il s’agira « d’isoler cette protéine pour fabriquer des médicaments », de manière plus simple que la méthode courante.

Flippant non ?

Cette découverte aura-t-elle des répercussions bénéfiques pour la science et les hommes ? Peut-on se montrer craintif quant à ces recherches qui modifient l’ADN des animaux, lesquels  seront peut-être dans nos assiettes demain ? Car effectivement, souvenez-vous de la vache folle ou encore la tremblante du mouton, quelles étaient les origines de ces grandes pandémies ? Et la réponse, évidemment, est une protéine appelée « prion » ou encore les fameuses farines animales. Ces pandémies avaient coûté la vie de nombreux hommes…

Les épidémies et virus récents

Et le virus H1N1 devenu récemment le H7N9, provient-il des volailles ?

Une étude britannique publiée le 25 avril, dans la revue médicale The Lancet confirme que le virus H7N9 provient bel et bien des volailles. Elle a ainsi communiqué que «des scientifiques en Chine ont confirmé pour la première fois que le virus de la grippe A H7N9 a été transmis à partir d'oiseaux, spécifiquement de poulets sur un marché à la volaille, vers l'homme ».

Alors que de son côté, Sciences et avenir, « la revue de toute la science, le magazine de la physique, la chimie, l’histoire des sciences et de la nature », a confirmé le 25 avril que « la source de l’infection reste une énigme ».

Deux pigeons, dans la province de Jiangsu, en Chine, ont été déclarés positifs et porteurs du virus. Et la mutation et la propagation du virus inquiète encore de plus en plus les experts, ainsi que la population.

Des rats acquièrent un sixième sens grâce à un implant cérébral  

Des chercheurs américains ont réussi à mettre un implant cérébral à des rats de sorte qu’ils puissent percevoir la lumière infrarouge que les yeux humains ne peuvent pas percevoir. Ces travaux sont rapportés dans la revue Nature Communication. D’après ces travaux, les chercheurs se penchent vers une possibilité ultérieure de soigner des personnes aveugles ou encore sourdes.

Le Docteur Nicolelis, cité par le Telegraph, a confirmé que « ceci suggère que, dans le futur, il serait possible d'utiliser des dispositifs de type prothèses pour restaurer des modalités sensorielles qui ont été perdues, telles que la vision, en utilisant une partie cérébrale différente ».

Alors, avec ce petit éventail de recherches scientifiques, selon vous, percée scientifique prometteuse pour l’avenir de l’Humanité ou dérive scientifique pouvant engendrer de nouveaux virus et pandémies ? Telle est la question aujourd’hui.

Source :

http://www.maxisciences.com