Archives par mot-clé : Casablanca

Des oscars à prix d’or

Acheter un oscar est aujourd’hui  possible. Les statuettes des anciens gagnants ont depuis 1929 fait l’objet de nombreuses transactions, et 160 d’entre elles auraient déjà été vendues.

La statuette reçue par Michael Curtiz pour le film Casablanca vient d’être vendue aux enchères pour un prix estimé entre 2,5 et 3 millions de dollars. L’oscar était déjà passé entre plusieurs mains, dont la dernière en date n’est autre que celle du magicien David Copperfield, qui l’avait acquise aux enchères pour 231 500 dollars. La statuette de Casablanca surpasse à présent celle d’ Autant en emporte le vent, record de vente depuis 1999, avec  1,54 millions de dollars, et détenu par Michael Jackson.

Si la vente de statuettes est un marché lucratif, l’Académie des Oscars s’y est toujours opposée, imposant dès 1950 un contrat aux oscarisés. Les heureux vainqueurs doivent alors s’engager à ne jamais « vendre ou se débarrasser de la statuette », dont la valeur matérielle est de 850 dollars, engagement par la suite valable pour les héritiers et cessionnaires. Dans le cas d’acteurs souhaitant se débarrasser le plus rapidement possible de leur oscar, ces derniers pourront  proposer à l’Académie des Arts et des Sciences du Cinéma de le racheter pour la somme symbolique de 1 dollars.

La clause n’étant pas rétroactive, la statuette de Casablanca a pu se vendre en toute légalité. Les plus anciennes statues sont aussi celles ayant le plus de valeur et les offres peuvent ainsi montrer très rapidement.

Des statuettes très lucratives

Parmi les exemples les plus frappants, quelques jours avant la dernière cérémonie des oscars, 15 oscars ont été vendus sur la toile, dont l’oscar de la meilleure direction artistique pour Les Quatre Filles du Docteur March en 1949, ou la palme de la meilleure statuette co-attribuée  à Herman Mankiewicz pour Citizen Kanes d’Orson Welles.

Des philanthropes sont aussi prêts à racheter les statuettes une fortune dans le but de les rapporter à l’Académie, à l’image de Steven Spielberg  qui récupéra les deux oscars de la meilleure actrice obtenue par Bette Davis pour les films L’intruse et L’insoumise, pour la somme de 785 500 dollars. Reste qu’une fois la statuette vendue, l’Académie n’a que peu de  marges de manœuvres, le contrat ne précisant rien sur les dommages et intérêts. Les statuettes continueront donc d’être les objets de transactions toujours lucratives…