Archives de catégorie : France

France

Fleur Pellerin, la ministre numérique

Fleur Pellerin est une des révélations politiques de la campagne électorale présidentielle 2012, au cours de laquelle elle est fut responsable du pôle Société et Économie numérique. Âgée de 38 ans, elle est aujourd’hui ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique.

fleur pellerin

De l’ESSEC à l’Hadopi

Membre du bureau du Club XXIe Siècle, qui promeut la diversité comme un atout auprès des décideurs politiques et économiques, Fleur Pellerin est diplômée de l’ESSEC, de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’ENA. Elle fut conseillère référendaire à la Cour des comptes où elle entra en 2003, parallèlement à son activité d’auditeur externe à l’ONU, et fut nommée en 2007 rapporteuse de la commission de déontologie de la fonction publique.

Le 20 mai, dans Soir 3, Fleur Pellerin a annoncé un de ses dossiers prioritaires : la révision (mais pas la suppression) de la loi Hadopi, un sujet polémique qui enflamme souvent les internautes : « Il y aura une concertation qui impliquera tous les acteurs de la filière et les consommateurs […] La concertation sera lancée avant l’été […] Au terme de cette concertation, on avisera sur l’avenir d’Hadopi […] Je pense que cela prendra moins de six mois ». Au cours de la campagne électorale, elle avait affirmé : « notre logique en matière culturelle n’est pas la répression mais un meilleur accès et une liberté d’esprit. Il faut donc trouver le meilleur moyen pour que, pendant le temps de cette concertation, les internautes ne soient pas cloués au pilori pour servir d’exemple ».

Pour l’anecdote, depuis sa nomination de ministre déléguée, Fleur Pellerin est devenue la fierté de la Corée du Sud. En effet, Fleur, qui a grandi à Montreuil en Seine-Saint-Denis, est née au pays du matin calme, avant d’être abandonnée dans une rue de Séoul, puis d’être adoptée par une famille française à l’âge de 6 mois. Son prénom coréen, Jong-suk, signifie « femme parfaite » ! Cependant, Fleur Pellerin n’est encore jamais retournée en Corée.

On peut la suivre sur Twitter.

Le lobby des chauves-souris et l'urbanisme

Alors qu’une troisième bande-annonce de Batman – The Dark Knight Rises affole la Toile, les chauves-souris font parler d’elles en France, à Paris, où elles se sont invitées au chantier du futur quartier de Broussais, dans le XIVè arrondissement.

En effet, une colonie de 515 chauves-souris pipistrelles hiberne dans un tunnel de ce quartier, juste sous l’hôpital Broussais. Pas question de déranger ces mammifères ailés, protégés par des directives européennes. Le calendrier de rénovation du quartier a donc été calqué sur leur cycle d’hibernation. Ce qui veut dire : pas de travaux entre octobre et avril !

Les chauves-souris, personnages de l’espace public

Ces chauves-souris n’ont pas seulement influencé le calendrier des travaux, elles ont même inspiré l’architecte chargés des espaces publics, Concetta Sangrigoli, qui explique : « je n’ai pas voulu que ces chauves-souris ne soient qu’une contrainte. J’ai voulu qu’elles soient un personnage de l’espace public. Je suis partie de l’aile. J’ai analysé la structure cellulaire pour la transposer dans l’organisation spatiale ». En conséquence, à Broussais, les dallages de la promenade plantée, ainsi que les garde-corps seront nervurés comme leurs ailes ! L’éclairage tamisé des pelouses va fonctionner sur détection afin de respecter leur rythme de sommeil.

Ce n’est pas la première fois que les chauves-souris jouent un rôle dans des projets d’urbanisme. La cohabitation des éoliennes et des chauves-souris est l’exemple le plus fréquent, étudié aussi bien au Canada qu’en France.

Afin de protéger les chauves-souris tout en développant les infrastructures du pays, le ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire (MEEDDAT) a d’ailleurs mis en place le Plan National d’Actions en Faveur des Chiroptères 2009-2013. Ce plan a notamment pour but de protéger un réseau de gîtes favorables aux chiroptères, de préserver les terrains de chasse et les corridors de déplacement des chiroptères et de soutenir le fonctionnement des réseaux de conservation des chiroptères.