Archives de catégorie : Gaming

La fin progressive de « la femme-objet » dans les jeux vidéo ?

Si la plupart des titres proposent d’incarner un personnage masculin, souvent viril et plein de testostérone, quelques jeux mettent en scène des femmes. Cependant, ces héroïnes ne sont souvent qu’un prétexte pour attirer les hommes en modélisant des avatars sexy, au physique avantageux (dont une poitrine généreuse). Mais tout comme la poupée Barbie qui change de forme avec son temps, nous voyons apparaître des personnages féminins qui tentent de casser cette image de la femme-objet pour montrer une femme plus moderne, forte et indépendante, sans tomber dans le cliché de la femme fatale.

Dans l’inconscient collectif, lorsque nous parlons de femmes dans les jeux vidéo, il y a tout de suite cette image de la jolie fille au corps parfait qui revient. Impossible de citer toutes les productions qui les mettent en scène, mais le meilleur exemple reste encore celui des jeux de combat, avec la célèbre série des Dead or Alive de Team Ninja. Si les hommes peuvent être vieux (Gen Fu) ou plutôt costauds (Bass Armonstrong), les femmes ont, quant à elle, entre 16 et 24 ans, avec des formes à faire pâlir les mannequins des magazines. Idem pour les costumes, où il semble manquer quelques morceaux de tissu sur les tenues des demoiselles, ou encore la possibilité de ne porter qu’un bikini.
Le personnage de Catherine dans le jeu éponyme s’amuse de ce stéréotype. Belle, jeune, blonde et aux courbes généreuses, elle séduit les hommes pour les amener à tromper leur femme. Bien que partageant de nombreux points communs avec Katherine, la petite amie du héros Vincent, Catherine aborde un physique plus avantageux et n’hésite pas à mettre en valeur ses formes pour charmer Vincent, et donc le joueur. Une idée perverse parfaitement mise en valeur par le scénario.

Une évolution notable
Si la femme dans les jeux vidéo apparait très souvent de manière stéréotypée, il s’avère que des progrès notables ont été réalisés.
En effet, le personnage de Lara Croft s’est fait connaître du grand public par ses atouts physiques et le caractère ludique de ce jeu d’arcade. Néanmoins, au fur et à mesure des épisodes, on découvre une jeune femme avec de la personnalité, assez loin des clichés préétablis de la bimbo écervelée. Elle apparaît plutôt comme vive, réactive, farouche et très indépendante.

Voilà un bon début de réconciliation entre l’industrie des jeux vidéo et le public féminin, même si chaque nouveau jeu incluant la belle Lara n’a pas empêché les développeurs d’accroître, pour la quatrième ou cinquième fois, sa taille de poitrine.

 

Idées de consoles et de jeux vidéo

fr.wikipedia.org

Vous ne savez plus quoi faire durant vos soirées ? Vous cherchez à vous amuser en famille, entre amis ou seul ? Alors voici un petit article, spécialement conçu pour vous, chers lecteurs, pour vous donner des idées de consoles et de jeux vidéo.

A vos marques, prêt, tous à vos manettes !

La console WII : la meilleure à ce jour

Commençons par la console WII qui est, selon moi, la meilleure à ce jour. Nous sommes tous d'accord sur le fait que depuis quelques années une nouvelle manière de jouer est en vogue. Contrairement à la Xbox 360 et la Playstation 3 qui innovaient par une haute définition, la console WII, fabriquée par Nintendo,  a innové avec la reconnaissance des mouvements. Avec cette nouvelle façon de jouer, nous pouvons dorénavant faire bouger notre corps tout en s’amusant. La WII a rompu avec l'idée que les jeux vidéo faisaient « prendre du poids » et notre vision d’enfants restant assis pendant des heures devant l'écran, à s’engraisser et geeker ! Dorénavant il a été prouvé que, grâce à la WII, on perdait des calories. Et les jeux ne manquent pas en la matière : en jouant par exemple au jeu WIIfit, on se dépense et ceci en jouant aux jeux vidéo ! D'autres jeux proposent de faire du sport tout en s'amusant devant son écran. On m’a même dit récemment que le jeu WII Sports demeure le jeu le plus vendu. Se présentant sous forme d'une compilation de plusieurs petits jeux, ce jeu propose par exemple de jouer au bowling, au golf, au tennis, à la boxe et à bien d'autres.

jeuxvideo.com

Le jeu WII Party

Dans la compilation de jeux WII Party, je voulais vous présenter un jeu que j’ai joué en famille et qui m’a particulièrement fait rire, même mes parents ont été de la partie ! On y propose un jeu de « cache-cache » (attendez de comprendre le principe avant de préjuger sur ce jeu). L’idée est de se partager en deux groupes, l’un attendant dans une pièce et l’autre se chargeant de cacher les deux wiimotes (les manettes) durant 2 minutes. Au bout de ce temps imparti, le groupe qui attendait revient dans la pièce et doit trouver les manettes avant qu’un  chronomètre à l’écran ne déclare la fin du jeu. Chacune des deux manettes, toutes les 20 secondes, fait un léger bruit d’animal, différent à chaque fois, puis se tait. Un jeu divertissant et drôle, je vous l’assure, qui met un peu de bazar dans votre maison.

D’autres jeux sont très divertissants et peuvent être très drôles quand on y joue à plusieurs. Les meilleurs, selon moi, Just Dance, Sing it si vous avez les moyens de vous offrir des micros, et bien sûr Bomberman (même si ce dernier ne demande pas des efforts physiques comme les deux précédents).

Sing it spécial Johnny Hallyday

A tous les grands fans de Johnny Hallyday, sachez qu’il existe un Sing it spécial chansons de Johnny. Le reproche que je ferais à ce jeu est le suivant : il est dur quand on possède une voix aiguë d’être dans les bonnes intonations. Quoiqu’une opportunité s’offre à nous, à nous autres qui obtenons le résultat « patate » à la fin de notre prestation : nous pouvons affirmer que c’est notre voix aiguë qui est la cause d’un tel résultat et non le fait de chanter faux!

De même, on peut reprocher à ce jeu de proposer des chansons en live, des pauses viennent donc s’ajouter aux endroits où l’on s’y attend le moins, ce qui nous empêche de chanter « à fond » la chanson ; vous en conviendrez.

Sing it spécial Walt Disney

Il existe aussi un Sing it spécial chansons Disney : Belle initiative, n’est-ce pas! On y retrouve ainsi une chanson de Tarzan, Je veux savoir, Aladin avec Mon rêve bleu (même si on peut reprocher de ne pouvoir chanter que la partie d’Aladin), Le Roi Lion avec Je voudrais déjà être roi, dommage néanmoins de nous avoir restreint à ces seules chansons sans en avoir ajouté d’autres du même Disney…

Autrement, si vous n’aimez pas Disney ou Johnny, le choix ne manque pas dans la mesure où il existe de nombreux autres Sing it où vous trouverez et pourrez interpréter des chansons d’aujourd’hui, des hits, des chansons R&B, il existe aussi un Sing it spécial Mickaël Jackson…

Un peu de danse avec Just Dance

Le jeu Just Dance, que vous devez très  certainement connaître, est un jeu de danse. Une autre façon de se divertir et de faire brûler vos calories, chères mesdames ! Evitez néanmoins de casser les murs et faites en sorte d’avoir assez de place, j’ai déjà eu de beaux bleus en tapant dans ma chaise de salle à manger !

D’autres idées de consoles…

Revenons aux consoles, au cas où vous n’aimeriez pas la WII ou au cas où vous aimeriez en connaître davantage sur les autres consoles existantes et celles qui suivent la WII.

lavoixdujeuvideo.wordpress.com

Le Kinect de Microsoft

Microsoft et Sony ont suivi Nintendo, Sony avec sa console PS3 a inventé la playstation move, un concept assez proche de la WII mais c’est Microsoft qui a marqué le pas dans la reconnaissance de mouvement grâce à la Kinect qui reconnait tous les mouvements du joueur, celui-ci jouant avec son corps et sans manettes, contrairement à la WII et la PS move où on utilise encore des manettes. En outre, la Kinect voit ses fonctionnalités s’améliorer avec un système de reconnaissance vocale. Pour le moment, on considère que le système de Microsoft a le plus grand succès.

Tout ceci lance la course à « qui va créer un nouveau système de jeux innovant » concernant les consoles. Pour nous, chers gamers, on en demande pas moins car ainsi nous avons un éventail de choix concernant notre volonté de jeux !

On peut dire en quelque sorte que la concurrence des jeux se passe sur plusieurs plans. D’abord trouver un système de jeux innovant (comme on vient d’expliquer avec la reconnaissance de mouvements). Nintendo, par exemple, a sorti sa nouvelle console et propose une fois de plus une nouvelle façon de jouer en incluant cette fois une sorte de tablette à sa console (la WII U). On peut ici faire une petite parenthèse en disant que les consoles ne sont plus les seuls supports pour les jeux vidéo, ils ont la concurrence des smart phones et des tablettes dont la puissance et la qualité graphique n’ont rien à envier aux consoles de salon.

materialiste.com

La WII U de Nintendo

Plus qu’une nouvelle façon de jouer on peut se demander quel type de public les firmes cherchent à viser. Nintendo a toujours été considéré comme le créateur de jeux pour enfants (souvenez-vous de la guerre Nintendo versus Sega à l’époque). Nintendo est plus considéré comme console « familiale » contrairement à ses deux concurrents (Xbox 360 et PS3).

 

Les consoles portables

Parlons maintenant de la console portable de Sony : la PS Vita. Cette console est tout aussi puissante que la PS3, au niveau graphisme et puissance, et propose autant de nouvelles fonctionnalités (jeux en réseau, téléchargements de films, connexion aux réseaux sociaux etc…) que de nouvelles façons de jouer avec un écran tactile devant et derrière la console. De son côté, Nintendo (encore)  n’a cessé de faire évoluer sa console portable (entre la nintendo ds, nintendo ds lite, la nintendo dsi, nintendo dsi xl, nintendo 3ds, nintendo 3ds xl) pour la rendre à la fois plus attractive et donner une nouvelle expérience de jeu, avec par exemple : l’utilisation de l’écran tactile et du stylet, le micro intégré dans lequel on peut souffler pour certains jeux mais aussi l’appareil photo. Enfin dans sa toute dernière console, la marque a intégré la 3D.

A vous donc de choisir la console qui vous convient le mieux, ainsi que les jeux, en vous demandant surtout avec qui vous souhaitez jouer (la WII comme expliqué plus tôt, étant plutôt familiale, en jouant seul on peut très vite s’ennuyer) tout en restant rassuré que les firmes des consoles cherchent toujours l’innovation et à satisfaire son public. On peut donc toujours trouver la console qui nous correspond ou toujours espérer meilleure console ! Merci les créateurs !

Diablo 3 passe en 1.04 : mise à jour majeure aujourd'hui

Le jeu de Blizzard, Diablo 3, devrait être mis à jour aujourd’hui et passera à la version 1.04. Modifications, améliorations des compétences, évolution du personnage au delà du niveau 60 en tant que Parangon… Vous ne comprenez pas de quoi je parle ? Besoin d’une explication ?

La série des Diablo

La série des jeux vidéo Diablo débute le 30 novembre 1996. Oui, ça date ! Et pourtant, le concept accrocheur, après un petit coup de dépoussiérage, est encore au cœur de l’actualité du jeu vidéo et anime encore de nombreux, très nombreux joueurs de par le monde.

Il est toujours question d’une comète annonciatrice d’un désastre qui s’abat sur la cathédrale de la ville de Tristram.

Diablo, c’est un jeu vidéo dans lequel on incarne un personnage qui doit sauver le monde de la venue sur Terre du Seigneur des Enfers Diablo. L’histoire est, il faut le reconnaître, assez pauvre et n’est qu’un prétexte pour faire promener notre personnage dans des donjons labyrinthiques. Prétexte d’ailleurs réemployé quasi tel quel en 2000 pour la parution de Diablo 2. Et cette année, on a remis le couvert avec Diablo 3 ! Jusqu’où ira-t-on ?!

Mais si l’histoire n’est ni très intéressante, ni très originale, qu’est ce qui pousse donc ces millions (et oui, au lancement de Diablo 3, le 15 mai dernier, environ 6,3 millions de joueurs sur toute la planète se sont connectés aux serveurs de Blizzard pour s’adonner à leur passe-temps) de joueurs à acheter (50-60 € quand même) le jeu ?

Blizzard, le gage de qualité

Comme élément de réponse, on pourra citer d’une part la réputation, qui n’est pas volée, de Blizzard à produire et éditer des jeux d’excellente qualité, suivis dans le temps, avec une correction des bugs éventuels, des améliorations et des ré-équilibrages permanents. Les programmeurs de Blizzard ne mettent leurs jeux en vente que lorsqu’ils sont eux-mêmes contents du résultat. Ce que nombre d’autres producteurs devraient tâcher de faire, s’ils n’étaient pas eux-mêmes sous la pression de l’éditeur, mais c’est sûrement un autre débat. Quoiqu’il en soit, cette réputation et ce sentiment de besoin créé par la libération au compte-goutte d’informations quant à l’avancée du jeu et la tournure qu’il prendra contribue très certainement à ce rush.
D’autre part, le principe du jeu consiste à améliorer son personnage à force de combat et de lui faire porter un équipement puissant. Cette course à la puissance est très certainement un moteur qui anime les joueurs.

Comment ça se joue ?

Chaque archétype propose un style de jeu différent.

Les jeux Diablo sont des hack’n’slash, ce qui signifie “taillader et trancher”… ce qui ne signifie pas grand chose non plus, mais qui en Français pourrait être traduit assez justement par “porte-monstre-trésor”. C’est-à-dire que le personnage du joueur doit enchaîner les combats contre des monstres afin de récupérer des trésors. Une fois la salle vidée de ses trésors (et de ses monstres), on ouvre la porte vers la pièce suivante, et on recommence ! On comprend alors que le scénario n’est pas si important au jeu.

Chacun des Diablo avait ses spécificités et le dernier est donc, on l’imagine, le summum de ce que cherchait à faire les développeurs : un jeu dans lequel on choisit entre cinq classes de personnage (barbare, sorcier, féticheur…) qui se jouent de façon totalement différente, avec des capacités qui n’ont rien à voir, tout en trouvant un certain équilibre entre chaque classe pour qu’aucune expérience de jeu ne se retrouve que trop facilitée par rapport à une autre. D’autant qu’aujourd’hui, Diablo 3 permet de vendre les trésors trouvés lors de nos aventures dans un hôtel des ventes sur Internet utilisant les espèces sonnantes et trébuchantes du monde réel (des euros, donc…). Il faut veiller au grain, et plus encore avec l’arrivée prochaine de possibilité de duels et autres affrontements entre joueurs…

La mise à jour 1.04

Mais pourquoi aborder Diablo 3 aujourd’hui, plus de cinq mois après sa sortie ?! Et bien tout simplement parce que la première mise à jour majeure sera publiée aujourd’hui. Cette mise à jour ne fait pas que corriger des bugs : elle est issue du travail des développeurs, après avoir écouté la communauté de joueurs sur leurs attentes, et apporte des améliorations réelles.

Pour les initiés, sachez que la mise à jour 1.04 de Diablo 3 ajoutera la progression en tant que Parangon. Les 100 niveaux de parangon pourront être obtenus avec des personnages de niveau 60, soit le niveau maximal. Les niveaux de parangon augmentent le pourcentage d’obtention d’objets magiques et d’or à chaque niveau gagné et continuent d’améliorer les caractéristiques du personnage. En outre, certaines compétences de chacune des classes de personnage ont été remaniées afin de les rendre plus attractives et donc donner plus de diversité dans les styles de jeu.

Et bien nous verrons ça dès ce soir, une fois rentré du travail !

Un petit lifting pour Skyrim

Voilà plus de 6 mois que le jeu vidéo Skyrim est sorti. Pourtant, depuis deux jours seulement, le Patch Non Officiel Skyrim est disponible sur le site Wiwiland… Pour ceux qui n’ont pas suivi l’actualité du jeu vidéo en fin d’année 2011, je vous propose une petite séance de rattrapage…

Peu de temps avant les fêtes de fin d’année (le 11/11/2011…), Bethesda sortait, après une attente interminable, son jeu de rôle phare : The Elder Scrolls V, sous-titré Skyrim. On y incarne un prisonnier accusé de rébellion contre le gouvernement en place. C’est tête sur le billot qu’un dragon (?! et oui !) débarque et sème la pagaille, pagaille dont on tire parti pour prendre la poudre d’escampette ! Comme les autres jeux de la série, on choisit uniquement sa race (le continent de Tamriel est peuplé de créatures assez exotiques…) puis, c’est à force de pratiquer nos compétences qu’on les améliore. Selon notre style de jeu, on peut donc incarner un astucieux magicien, un furtif assassin ou encore un barbare bodybuildé dans un univers immersif.

[iframe width= »560″ height= »315″ src= »http://www.youtube.com/embed/UkEXC3syAxg » frameborder= »0″ allowfullscreen]

Le jeu est terriblement vaste, avec une profusion de missions. Les évènements qui sont racontés dans cet opus ne sont qu’une infime partie des possibilités. Le plaisir vient aussi simplement de l’exploration de la campagne ou des ruines antiques ou de la résolution d’énigmes pour le compte des différentes factions qui influencent la politique de la région de Bordeciel (Skyrim en VO, d’où le nom du jeu) dans laquelle on évolue.

Et aux vues de la complexité du jeu et du nombre d’interactions, il reste malheureusement toujours quelques bugs. Le jeu nécessitait également quelques rééquilibrages des compétences, afin de conserver une linéarité dans la progression de la difficulté. Bethesda a donc publié quelques patchs (et continue d’ailleurs de proposer des améliorations). Ce qui n’a pas empêché la communauté très active Wiwiland, qui se rassemble autour de la série des Elder Scrolls, de publier son patch non-officiel, le PNOS.

Skyrim, un jeu avec des dragons et de la neige.

Bethesda a pris l’habitude avec Morrowind et Oblivion, les épisodes précédents, de fournir un éditeur qui permet de modifier (et même de créer !) le contenu du jeu. Absolument TOUT le contenu du jeu. Les textures, les armes, les sorts, les races, les quêtes… Tout tout tout on vous dit ! L’outil idéal pour corriger les bugs, apporter des améliorations graphiques, améliorer l’interface, et même étendre les limites de Bordeciel en rajoutant de nouvelles terres à explorer… Wiwiland a développé et compilé une liste longue comme le bras de corrections de bugs omis par l’éditeur, malgré les patchs officiels, et le fruit de cet énorme travail, qui complète le travail des développeurs de Bethesda, a été rendu disponible le 22 mai.

Cette nouvelle ne concerne malheureusement que les joueurs PC, mais pour ceux-là, quelle aubaine ! Ça donne franchement envie de recommencer une partie toute fraîche (oui, j’ai osé faire le jeu de mots) et de faire la chasse aux dragons !

Bon jeu !

[iframe width= »560″ height= »315″ src= »http://www.youtube.com/embed/9uDRSiUdqK4″ frameborder= »0″ allowfullscreen]

Agricola, jeu de société et gestion de ferme

20 h, dehors il pleut, il fait froid, et il n’y a rien à la télé. Que faire ? Pourquoi pas un jeu de société ?

Agricola, la gestion de ferme du 17ème siècle : des bœuf et des sangliers dans des pâturages.

Une partie de Monopoly ? Tout le monde connaît ce jeu, c’est à peine s’il est nécessaire d’expliquer les règles… Il faut dire qu’un enfant de 8-9 ans sait lire, compter, et lancer des dés. Malgré son succès et sa popularité, qu’on ne s’y trompe pas : le Monopoly est un jeu pauvre.

Certains jeux mettent en avant la réflexion afin de remporter la victoire. Agricola, un jeu créé par Uwe Rosenberg en 2007 et édité en France par Ystari nous permet de jouer une famille de paysans au 17ème siècle qui essaye de survivre. Dis comme ça, ce n’est pas très engageant… Pourtant, une partie-test plus tard, la mécanique est assimilée et on se sent d’attaque pour une vraie partie. On comprend que le jeu ait gagné plusieurs prix, dont le Spiel des Jahres, le jeu de l’année dans la catégorie meilleur jeu complexe, qui est sans doute le prix le plus prestigieux qui récompense la qualité des jeux de société.

Comment on joue ?

Le jeu se déroule en 14 tours. A chaque tour, les joueurs vont envoyer travailler leurs paysans sur une case d’action. Un à un, les joueurs déposent leur paysan sur la case d’action et réalisent l’action. Cette action sera alors indisponible pour les joueurs suivants jusqu’à la fin du tour. Il faut donc s’adapter aux coups (bas ?) des adversaires pour réaliser malgré tout ses objectifs. Le panel d’actions disponibles s’étoffe au fur et à mesure de la partie et elles permettent de récupérer des matériaux de construction, de labourer des champs et y semer des céréales, d’agrandir et rénover sa maison, de construire des clôtures pour héberger du bétail ou encore de jouer des cartes savoir-faire ou d’aménagements qui facilitent la vie des paysans (vous n’allez pas manger un mouton si vous n’avez pas de foyer pour le cuire, tout de même ?!). Et si vous trouvez que c’est beaucoup de choses pour seulement deux paysans, faites leur faire un enfant : il viendra vous aider dès le tour suivant en vous octroyant une action supplémentaire.

J’ai employé le verbe « survivre » plus haut. Ce n’est pas pou rien : le jeu est ponctué de phases de récoltes, de plus en plus rapprochées, pendant lesquels il va falloir nourrir nos paysans. Il faut donc prévoir à ramener de la nourriture et cette contrainte nous empêche de réaliser nos actions déjà trop limitées ! On aimerait bien conserver deux sangliers dans notre ferme pour obtenir un marcassin, malheureusement, si on ne veut pas mendier sa nourriture (et perdre beaucoup de points en fin de partie), il va falloir en manger un. Et revoir à la baisse nos ambitions d’éleveur… Notre seule consolation est de voir nos adversaires confrontés aux mêmes dilemmes que nous et s’en sortir avec guère plus de panache.

En fin de partie, le décompte des points pénalise les joueurs n’ayant pas oeuvrés dans tous les axes de développement de la ferme. Mieux vaut sauver les meubles en récupérant un bœuf en fin de partie, afin de ne pas avoir de pénalité…

Une fois le jeu fini, 1h30 plus tard, on aura opposé notre stratégie à nos adversaires, en leur mettant des bâtons dans les roues. Juste ce qu’il faut passer une (sympathique) soirée !

Les Pokémon, un vrai bon jeu vidéo

C’est en 1996 que le premier jeu vidéo Pokémon est sorti au Japon sur la aujourd’hui défunte GameBoy. Le succès fut tel que la franchise s’exporta et aujourd’hui, rares sont ceux n’ayant jamais entendu parler des Pokémon. On imagine bien trop souvent que les Pokémon, « c’est pour les petits », alors que c’est un excellent jeu de rôle, bien plus compliqué qu’il n’y parait.

Les fans reconnaîtront le bulbe de Bulbizarre, la queue de Salamèche, la carapace de Carapuce et la queue de Pikachu…

Dans l’univers du jeu, les Pokémon sont des créatures fortement inspirées des animaux mais qui possèdent des capacités imaginaires. Certains peuvent cracher du feu, d’autres se téléporter etc. et se servent de ces capacités pour se défendre. Le jeu donne l’occasion au joueur d’incarner un dresseur qui va capturer des Pokémon sauvages, les entraîner afin qu’ils soient plus forts, et enfin défier la Ligue Pokémon afin d’être déclaré meilleur dresseur Pokémon. Le jeu s’articule autour de deux aspects essentiels : l’exploration et les combats.

Guidé par le scénario, le joueur doit aller de ville en ville afin de combattre le champion de l’arène locale, afin de prouver sa valeur et espérer ainsi accéder plus tard à la Ligue. La ville est un havre de paix : on peut y soigner ses Pokémon blessés, acheter des objets, et parler aux habitants. Les villes sont reliées par des routes qui regorgent de Pokémon sauvages qui n’hésiteront pas à attaquer le joueur s’il n’est pas assez prudent. Malgré les dangers, ces espaces sauvages sont indispensables car c’est ici que l’on pourra rencontrer et capturer des nouvelles créatures et donc améliorer notre polyvalence face aux dresseurs adverses.

En combat, le dresseur s’oppose à son adversaire par l’intermédiaire de ses Pokémon. Si les combats contre les Pokémon sauvages ou dresseurs du jeu sont relativement simples, pour remporter une confrontation avec un adversaire en chair et en os, il faut faire preuve de stratégie. En effet, chaque action doit être réfléchie soigneusement : le combat se fait au tour par tour et chaque joueur choisit l’attaque que son Pokémon va utiliser. Les actions sont ensuite résolue dans un ordre : le Pokémon le plus rapide agira le premier. Le combat se termine lorsque les six Pokémon d’un des adversaires ont tous été mis K.-O.. Les forces et les faiblesses des créatures sont organisées de la même façon que le jeu du papier-feuille-ciseaux. Les attaques de type Eau sont efficaces contre les Pokémon de type Feu. Le Feu est efficace contre la Plante. Et un Pokémon Plante résistera mieux aux attaques de type Eau. Sauf que plutôt qu’un triangle, les relations de forces et faiblesses comportent 17 types différents, chacun fort et faible face à plusieurs types, et pas toujours de façon symétrique ! Afin de complexifier l’affrontement, de nombreuses attaques, objets tenus par les créatures ou capacités spéciales sont en mesure de modifier subtilement les règles.

Dracaufeu fait la couverture de la boîte du jeu GameBoy Pokémon Rouge.

“Attrapez-les tous”. Et oui, car le second objectif du jeu est de capturer toutes ces bestioles. La encore, ce n’est pas si simple. Il n’est pas possible de se promener dans les hautes herbes, les grottes, ou bien traverser les mers, pour rencontrer toutes les espèces de Pokémon. Une grande partie des Pokémon évoluent et ce n’est que par ce biais que l’on peut cataloguer la dernière évolution dans notre Pokédex (notre encyclopédie interactive de poche). L’autre solution pour compléter son Pokédex est de profiter du travail de nos amis : certains Pokémon sont introuvables sur notre version du jeu et doivent être échangés ; heureusement, avec Internet, ceci est beaucoup plus facile de troquer nos Pokémon avec des inconnus vivant à l’autre bout du globe. Et il est également possible d’importer les Pokémon que l’on a élevés dans les versions précédentes du jeu.

Plusieurs aspects des jeux peuvent donc plaire : certains vont apprécier l’aventure, la découverte, d’autres vont davantage aimer le fait de compléter sa collection (et plus on se donne du mal à la constituer, plus elle est précieuse à nos yeux !), d’autres encore vont chercher à constituer une équipe équilibrée, ce qui peut prendre un temps assez conséquent si on s’intéresse aux formules mathématiques pour optimiser les statistiques de nos combattants…

C’est ainsi que l’on peut cumuler plusieurs dizaines d’heures sur le jeu vidéo et que, bien malgré nous, on s’aperçoit connaître la plupart des noms des Pokémon de notre cartouche de jeu, leur type, leurs attaques. Pas de quoi briller en société peut-on penser, mais après tout, pourquoi pas ? C’est bien la preuve que c’est un excellent jeu vidéo, non ?